Différence entre Dayabhaga et Mitakshara dans la loi hindoue


Introduction

Le terme "Dayabhaga" est dérivé d'un texte du même nom écrit par Jimutavahana. Le terme-,"Mitakshara" est dérivé du nom d'un commentaire écrit par Vijnaneswara, sur le Yajnavalkya Smriti. Le Dayabhaga et le Mitakshara sont les deux écoles de droit qui régissent le droit de succession de la famille indoue indivise sous la loi indienne. L'école de droit de Dayabhaga est observée au Bengale et à l'Assam. Dans toutes les autres parties de l'Inde, la Mitakshara School of Law est respectée. L'école de droit de Mitakshara est subdivisée en écoles de Bénarès, Mithila, Maharashtra et Dravida.

Les différences entre les écoles de droit de Dayabhaga et de Mitakshara peuvent être catégorisées comme suit: - -

I] Famille conjointe: - D'après la faculté de droit de Mitakshara, une famille conjointe désigne uniquement le membre masculin d'une famille et comprend son fils, son petit-fils et son arrière-petit-fils. Ils détiennent collectivement la copropriété/coparcénaire de la famille conjointe, ce qui permet à un fils de naissance d'acquérir un intérêt dans les biens ancestraux de la famille commune. En vertu de la faculté de droit de Dayabhaga, le fils n' a pas de droit de propriété automatique à la naissance, mais il l'acquiert au décès de son père.

Dans l'école de Mitakshara, le pouvoir du père sur la propriété est conditionné par l'égalité des droits de naissance dont jouissent un fils, un petit-fils et un arrière-grand-père. Un fils adulte peut exiger le partage de la vie de son père ou de ses trois ancêtres immédiats... Il a son mot à dire dans la disposition des biens familiaux et peut s'opposer à toute disposition non autorisée des biens ancestraux ou familiaux, ce qui n'est pas possible dans le cas de l'école Dayabhaga, car le père a un pouvoir général et incontrôlé sur les biens familiaux jusqu'à la mort.

2] Coparcenary/Co-propriété: -En vertu de la faculté de droit de Mitakshara, tous les membres de la famille conjointe jouissent des droits de copropriété pendant la vie du père. Sous l'école de Dayabhaga, quand le père est vivant, les fils n'ont pas de droits de coparentalité, mais les acquièrent au décès du père. Dans l'école Mitakshara, la part de coparcener n'est pas définie et ne peut être cédée. Dans le Dayabhaga, la part de chaque Coparcener est définie et peut être cédée.

3] Partition: - Bien que les écoles de Mitakshara et de Dayabhaga soutiennent toutes deux que le véritable test de partition est dans l'intention de séparer la manifestation de cette intention est différent dans chacune des écoles.Dans le cas de l'école Mitakshara, l'intention consiste à détenir la propriété en parts définies, tandis que dans l'école de Dayabhaga, il doit y avoir une séparation physique de la propriété en des parties spécifiques et l'attribution d'une part distincte à chaque coparcenseur.

Dans le système Mitakshara, aucun des membres des coparcenseurs ne peut revendiquer une part physique définie de la propriété commune. Ainsi, la partition dans ce système implique de déterminer et de définir la part du coparcener dans le partage numérique de la propriété. Dans le système Dayabhaga, chacun des coparceniers a une part définie dans la propriété familiale commune, même si la famille est indivise et indivise et que la possession est commune. Ainsi, le partage dans ce système implique la séparation physique de la propriété commune en parts distinctes des coparcenseurs et l'attribution à chacun des coparcenseurs de la partie spécifique de la propriété.

4] Droits de la femme: - Dans le système Mitakshara, l'épouse ne peut pas exiger la partition. Elle a cependant le droit de participer à toute partition entre son mari et ses fils. En vertu de la Dayabhaga, ce droit n'existe pas pour les femmes car les fils ne peuvent pas exiger la partition, le père étant le propriétaire absolu.

Dans les deux systèmes, quelle que soit la répartition des fils, la mère a droit à une part égale à celle d'un fils. De même, lorsqu'un fils décède avant le partage laissant la mère comme héritière, la mère a droit à une part de son fils décédé ainsi qu'à une part de son propre droit lorsqu'il existe un partage entre les autres fils.

Conclusion: - Le système Mitakshara est conservateur. Il offre une bonne sécurité en période de difficultés car un membre peut compter sur la famille conjointe. Cependant, il arrive parfois qu'un membre devienne un parasite. Le système Dayabhaga est plus libéral. Parmi les deux, le Dayabhaga est plus susceptible de durer dans les temps modernes avec la croissance de l'individualisme, des entreprises individuelles et des compulsions économiques.


Une question ? Nous avons oublié quelque chose ? n'hésitez pas à participer aux commentaires. Nous compléterons cet article avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *