Les différences entre les Pharisiens et les Sadducéens


Introduction

Les Pharisiens et les Sadducéens étaient des sectes juives influentes, avec des philosophies contradictoires en ce qui concerne l'application de la Torah. Les Pharisiens et les Sadducéens avaient également des points de vue contradictoires sur le rôle du gouvernement dans la vie des citoyens juifs. Les Pharisiens croyaient que Dieu avait puni les Juifs en permettant aux païens oppresseurs comme les Romains de régner sur eux parce que les Juifs refusaient de respecter les statuts de la Torah (Abels, 2005). C'est pourquoi ils ont soutenu la création de lois distinctives qui empêcheraient les Juifs d'offenser davantage Dieu en adoptant les styles de vie des non-juifs. Bien que les Sadducéens croyaient en l'autorité de la Torah, ils étaient aussi plus favorables aux dirigeants dominants (Abels, 2005). C'est parce qu'ils ont compris qu'ils pouvaient bénéficier, sur les plans politique et économique, du maintien de relations pacifiques avec le gouvernement au pouvoir.

Différences entre les Pharisiens et les Sadducéens

Selon Harding (2010), les Pharisiens étaient des membres de familles juives de la classe moyenne engagées dans le maintien de la Loi mosaïque. Les Sadducéens, quant à eux, étaient issus de l'aristocratie juive (Harding, 2010). Les Sadducéens ont donc été exposés à une éducation plus laïque que les Pharisiens, et ont même reconnu l'hellénisme. La principale différence entre les Pharisiens et les Sadducéens concernait la compréhension de la fonction de la Torah dans la société juive. Les leaders parmi les Pharisiens étaient appelés Rabbins, tandis que la plupart des Sadducéens opéraient comme prêtres et étaient membres du Sanhédrin (Harding, 2010). Les Sadducéens soutenaient que les cinq premiers livres de la Bible, aussi connue sous le nom de Torah, étaient la plus grande autorité sur la volonté de Dieu pour les Juifs. Pour les Sadducéens, toutes les autres lois ou textes en dehors de la Torah sacrée ne pouvaient pas être considérés comme faisant partie de la Loi. En revanche, les Pharisiens croyaient que Dieu ne fournissait pas seulement aux Juifs la Loi écrite, mais aussi la Loi orale (Harding, 2010).

La Loi Écrite était la Torah, tandis que la Loi Orale comprenait les traditions orales et les révélations données aux prophètes juifs qui venaient après Moïse. Essentiellement, les Pharisiens croyaient que Dieu permettait aux hommes d'interpréter la Torah en exerçant leurs capacités de raisonnement pour appliquer différentes lois aux problèmes existants. Les Pharisiens différaient aussi des Sadducéens en ce qui concerne l'au-delà. Les pharisiens croyaient au ciel et à l'enfer, et enseignaient que l'homme serait jugé sur la base de son adhésion à la Torah et de ses œuvres sur terre (The Sedalia Weekly Bazoo, 1980). Les Sadducéens ne croyaient pas que l'homme connaîtrait la résurrection après la mort physique.

Les Pharisiens croyaient que Dieu enverrait aux Juifs un messie qui apporterait la paix au monde et régnerait de Jérusalem. Ils croyaient aussi que toutes les circonstances qui affectaient la vie des Juifs étaient divinement ordonnées. Les Sadducéens ne croyaient pas en un messie à venir, et soutenaient que l'homme avait la liberté de volonté, et créait ses propres circonstances (The Sedalia Weekly Bazoo, 1980).

Conclusion

Les sadducéens étaient essentiellement des élitistes libéraux qui incorporaient le concept du libre arbitre dans leur compréhension de la Loi mosaïque. Ils s'efforcèrent de préserver leur caste sacerdotale et prirent une part active au discours politique pour maintenir leur influence sur leurs concitoyens juifs. Les pharisiens, par contre, étaient plus attachés au maintien des statuts de la Loi orale et de la Loi écrite, et participaient régulièrement aux formes traditionnelles de culte dans le temple. Ils ont rejeté les idéologies et philosophies étrangères telles que l'hellénisme, et ont créé de nombreuses lois pour empêcher les Juifs d'interagir quotidiennement avec les Gentils.


Une question ? Nous avons oublié quelque chose ? n'hésitez pas à participer aux commentaires. Nous compléterons cet article avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *