Différence entre migraine et accident vasculaire cérébral


Les migraines sont une maladie neurovasculaire spécifique caractérisée par des palpitations (martelant dans la tête) et des douleurs à la tête. La douleur peut se manifester par des maux de tête récurrents et est souvent associée à des symptômes nerveux autonomes. La douleur persiste normalement unilatéralement et a un caractère pulsatile. Elle persiste pendant 2 à 72 heures. La plupart des épisodes sont idiopathiques, mais il a été démontré que l'activité physique aggrave la douleur de la migraine. Les autres symptômes, outre la douleur, comprennent une sensibilité extrême à la lumière, au son ou à l'odeur et sont souvent associés à des vomissements ou à des nausées. L'épidémiologie des migraines est représentée par une prévalence plus élevée chez les garçons que chez les filles, jusqu'au début de la puberté. Cependant, après la puberté, le ratio s'inverse et les femelles sont plus enclines que les mâles. Les facteurs contributifs de base sont génétiques et environnementaux.

La physiopathologie comprend l'excitabilité accrue du cortex cérébral et la sensibilisation centrale des neurones dans le noyau trijumeau et le tronc cérébral. Ceci conduit à un contrôle anormal de la douleur. Les migraines sont également associées aux niveaux hormonaux. Le traitement comprend le soulagement symptomatique de la douleur et des nausées. La migration est divisée en quatre phases: le prodrome (marqué par la dépression, les altérations de l'humeur et la fatigue), l'aura (un phénomène compulsif visuel ou sensoriel spécifique), la phase douloureuse (durée de 2 à 72 heures) et le post-drome (dysfonctionnement de la digestion, faiblesse et fluctuations de l'humeur). Les facteurs alimentaires et environnementaux peuvent déclencher des migraines. Un taux accru de sérotonine a été associé au développement des migraines. L'International Headache Society a classé les migraines selon le type et la fréquence des crises douloureuses. Les symptômes du glaucome, de l'hémorragie sous-arachnoïdienne et de la méningite ressemblent souvent à des migraines.

L'AVC est une affection caractérisée par une mauvaise perfusion (diminution de la circulation sanguine dans le cerveau. On l'appelle aussi "agression cérébrovasculaire" ou "attaque cérébrale", et on la classe en deux catégories: ischémique et hémorragique. Dans le premier cas, l'apport sanguin au cerveau est réduit et, dans le second cas, le cerveau est dépourvu d'un débit sanguin approprié en raison de saignements (par exemple, hématome sous-dural). Les symptômes de l'AVC comprennent des déficits neurologiques dans la moitié du corps, plus particulièrement aux extrémités. De plus, il y a des déficiences cognitives dans l'orientation de la parole, de la vision et de l'appareil vestibulaire. Un accident vasculaire cérébral qui persiste pendant moins de deux heures est appelé "accident ischémique transitoire" et peut causer des maux de tête s'il y a saignement excessif.

Les principaux facteurs de risque sont l'hypertension artérielle et l'augmentation de la charge cardiaque. Ces deux affections entraînent une insuffisance ventriculaire et, par conséquent, une diminution du débit cardiaque, ce qui réduit le débit sanguin dans le cerveau. Dans d'autres cas, le sang peut devenir hypercoagulable et des plaques de cholestérol peuvent se former dans les vaisseaux cérébraux. Ceci crée des embolies qui produisent une obstruction dans le flux sanguin, conduisant à l'épisode ischémique. Le diagnostic de l'AVC comprend une IRM et un tomodensitogramme. Souvent, l'échocardiographie est effectuée pour évaluer la fraction d'éjection des ventricules afin de confirmer l'étiologie de l'AVC. Les symptômes de l'AVC sont souvent confondus avec l'hématome sous-dural. La prise en charge de l'AVC comprend l'administration d'anticoagulants comme l'aspirine à des fins prophylactiques. Le traitement des affections associées comme l'hypertension et la dyslipidémie (rapport LDL/HDL altéré) est effectué avec des agents antihypertenseurs et hypolipidémiants respectivement.


Figure: Représente le manque de diminution du débit sanguin vers une partie du cerveau (la zone indiquée par la flèche blanche)

La comparaison de la migraine et de l'AVC est présentée ci-dessous:

Antihypertenseurs et hypolipidémiants pour réduire les facteurs de risque associés à la prise de nourriture


Une question ? Nous avons oublié quelque chose ? n'hésitez pas à participer aux commentaires. Nous compléterons cet article avec plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.